La confiance est essentielle

[Français dessous]

Text by Sabrina Thayer
Photos by Dan Aponte & Seb Lazure

When you take part in a climbing competition in which all the boulder problems are big jumps, you learn that, in most cases, it’s all about your confidence. You can understand all the moves and be strong enough, but if you don’t commit 100%, you most likely will fall.

For those who don’t know what a dyno is, in climbing it means a movement where, to go from point A to point B, you need to jump. Sometimes it can be a jump that is very far onto some good holds, a jump that requires a lot of coordination or, if the wall is more vertical, the movement can also be standing up on a really bad foot and taking a leap onto the finish hold. Every year, Beta Bloc, a climbing gym in the West island, organizes this kind of competition. They call it Deadpoint: Show off your dynos.

 

Taking the leap

This year, you could feel the nerves, as well as a fiery excitement from the competitors, most of them participating in their first ever competition or the first one since the pandemic started. Compared to the last edition, the problems in qualifications were very diverse, with a nice combination of technical movements, big jumps best suited for taller people and dynos accessible to any type of morphology. In this “scramble” format, 25 boulders await the climbers.The harder the boulder, the more points you get and for each problem you earn the most points if you take the least number of attempts to the top. Competitors have 2 hours to have the highest amount of points for their best six boulders and the top six men and women go to the finals, so you need to be strategic.

As much as some were there to simply have fun and enjoy the event, others came ready to fight for a place in finals. There were only a few women for this competition and since the levels differed, the field was a bit less competitive. On the men’s side, you needed to top the six hardest boulders to have a chance at the final round. With not much skin or energy left, the fear starting to simmer down as we jumped again and again, climbers were on the wall until the last second of both qualification waves. The finalists were as follows :

 

Women: 

  1. Babette Clarissa Roy
  2. Sarah Conley
  3. Sabrina Thayer-Head
  4. Zoe Beauchemin
  5. Catherine Malette
  6. Caitlin Williams

 Men:

  1. Nathan Smith
  2. Francis Bilodeau
  3. Hugo Dorval
  4. Aidan Doyle
  5. Dylan Le
  6. Victor Baudrand

Making finals: It’s not over!

For the last part of the competition, the stakes are even higher. The six finalists are separated into two groups of three, according to the order in which they qualified. One group at a time have ten minutes to complete a boulder problem, then ten minutes to rest. Having a great qualification round doesn’t matter anymore. There are three new boulders and you need to top them before your competitors if you’re hoping for a podium.

The women’s round started with a position that extended your whole body with your right hand on a small hold and required you to launch yourself to the left towards a good flat hold. If you caught it right, holding it wasn’t so hard, but if you didn’t, you flew in a superman position to the ground. Scary. Zoe Beauchemin and myself were the only two tops for this one.

The men’s round was even crazier. After jumping to two big holds in a compression position and reaching the zone through a few tricky moves, they had to swing and land balancing on slippery volumes to a touch finish. Even though the boulder was topped by everyone, Hugo Dorval really impressed the crowd and displayed a smooth performance with great technique.

The second boulder for the women was a running start on two holds to a volume with a last move that required commitment and some precision. Even if you succeeded on a move once, you could slip or mess up easily in other attempts. This problem still proved to be the easiest of the three, as all women got the top. For the men, the second problem was also very technical, starting with an uncomfortable press with a big powerful move to the end. Hugo Dorval and Nathan Smith were the only two to get the top.

Finally, the last boulder is where it all played out. For the women, a two-part jump, up then to the side, proved to be very tricky. Even though some were just about getting it, Babette Clarissa Roy was the only woman to see the top and won the event with a smile. On the men’s side, the last boulder only had two distinct jumps. Hugo Dorval and Francis Bilodeau both flashed the zone, but with a perfect round of three tops in fewer attempts than anyone, Hugo Dorval took first place.

     

    La confiance est la clé

    Lorsque vous participez à une compétition d’escalade dans laquelle tous les problèmes de bloc sont des gros sauts, vous apprenez que, dans la plupart des cas, tout est une question de confiance. Vous pouvez comprendre tous les mouvements et avoir la force pour les faire, mais si vous ne vous engagez pas à 100%, vous tomberez très probablement.

    Si vous ne savez pas ce qu’est un dyno, en escalade cela signifie un mouvement où, pour se rendre du point A au point B, il faut sauter. Parfois ça peut être un saut très loin sur de bonnes prises, un saut qui demande beaucoup de coordination ou, si le mur est plus vertical, le mouvement peut aussi être de se mettre debout sur un mauvais pied et se lancer sur la dernière prise. Chaque année, le Bêta Bloc, un centre d’escalade dans le West Island, organise ce genre de compétition, appelée Deadpoint.

     

    Faire le grand saut

    Cette année, les nerfs et l’excitation fougueuse des compétiteurs se faisaient sentir, la plupart participant à leur toute première compétition ou la première depuis le début de la pandémie. Par rapport à la dernière édition, les blocs en qualification étaient très diversifiés, offrant une belle combinaison de mouvements techniques, de grands sauts et d’autres, plus accessibles à toutes les morphologies. Dans ce format « scramble », 25 blocs attendent les grimpeurs. Plus le problème est difficile, plus vous obtenez de points et pour chaque bloc, vous gagnez plus de points si vous faites le moins de tentatives pour atteindre le top. Les compétiteurs ont deux heures pour accumuler le plus grand nombre de points étalés sur leurs six meilleurs blocs. Seulement six hommes et femmes pourront faire la finale, donc il faut être stratégique.

    Si certains cherchaient simplement à s’amuser et profiter de l’événement, plusieurs étaient prêts à se battre pour une place en finale. Comme peu de femmes étaient présentes et que les niveaux différaient, la concurrence était un peu moins féroce. Du côté des hommes, il fallait réussir les six blocs les plus difficiles pour avoir une chance de participer à la finale. Avec peu de peau et d’énergie restante, la peur commençant à s’estomper à force de sauter à répétition, les grimpeurs étaient sur le mur jusqu’à la dernière seconde lors des deux vagues de qualification. Les finalistes étaient les suivants :

     

    Femmes: 

    1. Babette Clarissa Roy
    2. Sarah Conley
    3. Sabrina Thayer-Head
    4. Zoe Beauchemin
    5. Catherine Malette
    6. Caitlin Williams

     Hommes:

    1. Nathan Smith
    2. Francis Bilodeau
    3. Hugo Dorval
    4. Aidan Doyle
    5. Dylan Le
    6. Victor Baudrand

     

    Faire les finales : Ce n’est pas fini!

     Pour la dernière partie de la compétition, les enjeux étaient encore plus importants. Les six finalistes sont répartis en deux groupes de trois, selon l’ordre dans lequel ils se sont qualifiés. Un groupe à la fois passe dix minutes à essayer un bloc, puis dix minutes à se reposer. Les succès de la ronde de qualification n’ont plus d’importance. Il y a trois nouveaux blocs et vous devez les réussir avant les autres, si vous espérez faire le podium.

    Le premier parcours des femmes commençait par une position qui mettait tout le corps en extension complète, avec la main droite sur une petite prise, et vous obligeait à vous lancer vers la gauche sur une bonne prise à plat. Si vous l’attrapiez bien, la tenir n’était pas si mal, mais si vous l’échappiez, vous voliez en position de superman au sol. Ouf. Zoé Beauchemin et moi-même étions les deux seules à trouver le top pour celui-ci.

    Le tour des hommes était encore plus fou. Après avoir sauté sur deux grosses prises en compression et atteint la zone après quelques mouvements complexes, les hommes devaient se balancer dans les airs pour se laisser tomber et atterrir en équilibre sur des volumes glissants, avant d’atteindre le top. Bien que le bloc ait été complété par tous les compétiteurs, Hugo Dorval a vraiment impressionné la foule en montrant une performance fluide et une technique impeccable.

    Le deuxième bloc des femmes présentait un départ à la course sur deux prises jusqu’à un volume, puis un dernier mouvement demandant de l’engagement et de la précision. Même après avoir réussi un mouvement, il était facile pour quiconque de l’échapper lors d’autres tentatives. Ce problème s’est tout de même avéré être le plus facile, car toutes les femmes ont atteint le top. Chez les hommes, le deuxième problème était également très technique, débutant par une prise sur laquelle il fallait s’appuyer inconfortablement avant de se laisser voler vers une meilleure prise, mettant en coordination ses bras et ses pieds à la fois. Avec une fin très puissante, le bloc a été réussi par seulement deux grimpeurs : Hugo Dorval et Nathan Smith.

    Enfin, c’est sur le dernier bloc que tout s’est joué. Chez les femmes, un saut en deux parties, en hauteur puis de côté, s’est avéré très délicat, mais puissant à la fois. Même si certaines étaient sur le point de l’obtenir, Babette Clarissa Roy était la seule femme à le réussir, ce qui lui a permis de remporter la première place, avec le sourire. Du côté des hommes, le dernier bloc, au look plus épuré, n’avait que deux sauts distincts. Hugo Dorval et Francis Bilodeau ont tous les deux atteint la zone au premier essai, mais avec sa ronde parfaite de trois tops en moins de tentatives que les autres, Hugo Dorval a pris la première place.

    Acheter maintenant

    You can use this element to add a quote, content...